Simplifier

Introduction au Zéro déchet

La démarche du Zéro déchet est pour moi une vraie philosophie. En effet il me semble important de ne pas la résumer à l’achat en vrac et à la réduction de sa poubelle. On doit aussi chercher la cohérence pour avoir une démarche environnementale globale. Comme dit Julie Bernier dans son livre Zéro déchet – Le manuel d’écologie quotidienne : « Acheter des tomates en vrac dans un supermarché au mois de décembre est-il vraiment un acte Zéro déchet ? ». L’objectif est finalement de retourner à l’essentiel et au bon sens. C’est pour cela que je trouve important de l’associer au minimalisme où l’on recherche la simplicité, à vivre avec moins pour vivre mieux, où l’on consomme juste ce que l’on a besoin. L’urgence écologique nécessite des changements profonds du système actuel. La sobriété nous permet de passer à l’action dans notre quotidien. L’offre doit s’adapter à la demande, donc plus nous serons nombreux à prendre conscience de l’impact de notre consommation et à nous lancer dans cette démarche et plus nous serons capables de transformer positivement notre société !

A première vue cette démarche peut sembler complexe, mais c’est en fait une addition de petits changements d’habitudes. En y allant progressivement et avec un peu d’organisation, le Zéro déchet va nous alléger et nous apporter une meilleure qualité de vie 😉 Je vous partage ici les principes et les avantages de cette démarche.

Pourquoi adopter une démarche Zéro déchet ?

  • Pour réduire son impact environnemental. Le Zéro déchet nous permet d’agir à deux niveaux. Imaginons un iceberg, sa partie émergée correspond aux déchets visibles qui constituent notre poubelle. Sa partie immergée correspond aux ressources naturelles nécessaires à la fabrication de tous nos objets et aux déchets industriels issus de leur production, acheminement etc… Ainsi pour 500 Kg de déchets ménagers générés (par personne et par an), ce sont en moyenne environ 3 500 Kg de déchets industriels produits et 70 T de ressources utilisées* ! En réduisant donc nos déchets et en privilégiant des produits locaux, d’occasion, durables etc… on agit sur l’iceberg complet des déchets et des ressources.
  • Pour protéger sa santé, en privilégiant les produits naturels et peu transformés. On limite ainsi son exposition aux produits chimiques, aux perturbateurs endocriniens et on mange tellement mieux ! Cuisiner sainement permet de retrouver du goût dans son assiette et de limiter son exposition aux risques de maladies et de cancers.
  • Pour faire des économies, en repensant nos achats à nos justes besoins, et en favorisant les circuits courts, l’achat en vrac, d’occasion etc …

Comment réduire concrètement ses déchets ? Grâce aux « 5 R » qui sont les 5 piliers du Zéro déchet :

  1. Refuser les produits jetables, suremballés, nocifs pour l’environnement et pour notre santé.
  2. Réduire sa consommation et le gaspillage. Avant tout achat on s’interroge sur son utilité et sur son véritable besoin.
  3. Réutiliser pour allonger la durée de vie des objets. C’est à dire : réparer, revendre, donner ou acheter d’occasion.
  4. Rendre à la terre : composter ses épluchures de fruits et légumes, coquilles d’oeufs etc… pour ne pas qu’ils se retrouvent incinérés ou enfouis. Ils vont être décomposés par des micro-organismes et devenir une matière pleine de nutriments essentielle à la fertilité des sols.
  5. Recycler pour ce que l’on ne peut ni refuser, ni réduire, ni réutiliser, ni composter. Même s’il permet d’assurer une économie circulaire, le recyclage nécessite tout de même de l’eau, de l’énergie, du transport, d’où l’importance de réduire à la source.

Comment assurer une démarche cohérente et globale dans sa consommation ? Tout d’abord n’oublions pas d’être indulgent avec nous même, cela nécessite une transition qui ne se fait pas du jour au lendemain. Voici quelques objectifs que je cherche à atteindre dans mon quotidien. Pour les produits alimentaires, je privilégie les produits non ou peu transformés, bio, de saison et locaux. J’ai réduit ma consommation de viande en favorisant la qualité à la quantité. Pour un achat matériel, j’essaye de privilégier les produits éthiques, durables et progressivement de seconde main. Toute production nécessite des ressources et de l’énergie, c’est pourquoi il est important de retarder sa fin de vie. Pour qu’un objet m’accompagne le plus longtemps possible, je le choisis avec attention : est-ce qu’il est pratique ? Est-ce qu’il est robuste ? Est-ce qu’il est suffisamment intemporel et à mon goût ?

J’espère que cette introduction au Zéro déchet vous a éclairé 😊 Je vous partagerai dans mes prochains articles cette démarche appliquée aux courses, à la cuisine et à la salle de bain !

Claire

* source : le livre Zéro déchet – Le manuel d’écologie quotidienne de Julie Bernier

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *